La formation des enseignants dans le cadre d’un partenariat

La scolarisation des élèves handicapés est fondée pour une part sur le partenariat. Et la collaboration avec les intervenants du secteur de la santé vient souvent enrichir et parfois remettre en question  les connaissances des enseignants et leurs savoirs faire, en apportant de nouveaux éléments d’information pour la prise en charge de l’élève handicapé.

Dans un article récent nous évoquions cette « formation partenariale » ou encore « horizontale ». Et nous écrivions : « Bien des problèmes se trouvent sinon résolus du moins beaucoup mieux posés quand l’enseignant a la chance de collaborer avec un SESSAD ».

Jean-Marc Roosz, Président de École2demain, nous propose précisément un exemple de cette collaboration formatrice avec un SESSAD

L’ordinateur, outil de compensation du handicap

C’était dans un collège qui possédait une ULIS TFM (Trouble de la Fonction Motrice) pour des élèves en situation de handicap avec troubles moteurs et troubles des praxies (dyspraxie…). Un SESSAD intervenait dans cet établissement.

Pour ces élèves, l’usage de l’ordinateur était primordial et l’équipe du SESSAD demandait avec insistance que les supports soient en version numérique, et adaptés, pour mettre en œuvre une compensation du handicap efficace (utilisation de couleurs, polices de caractères, interlignes personnalisés, séquençage des contenus, tableaux à double entrée « cassés », etc.).

Mais problème : une seule des profs maîtrisait ces usages informatiques.

L’équipe a alors décidé de monter en compétences : la prof « geek* » et la prof la plus mal à l’aise avec l’informatique se sont donné du temps pour que la première forme la seconde. Des séances de travail tous les jours ont permis une rapide montée en compétences, avec au passage une belle acculturation au numérique et un intérêt marqué pour tout ce qu’il était possible de faire du point de vue pédagogique.

La collaboration SESSAD/collège optimisée

À l’issue de cette « session » de formation-concertation, ces deux profs ont bien sûr utilisé le numérique avec leurs élèves et ont partagés les résultats avec l’ensemble de leurs collègues.

Rapidement, la culture numérique s’est installée dans le collège. Ainsi, la collaboration SESSAD/collège a été optimisée et la transmission de compétences a été largement accrue, pour mettre en place des adaptations au plus près des besoins.

Et ceci s’est fait au bénéfice des élèves en situation de handicap, les « dys », mais aussi au bénéfice de tous les autres ! C’est ainsi qu’un professeur de maths a fini par donner des supports adaptés aux « dys » à tous les élèves. Résultat, alors que c’était indispensable pour les uns, cela a apporté un « confort cognitif » aux autres et les résultats de la classe sont montés en flèche.

La dynamique partenariale

On retiendra que tout est parti d’un transfert d’expertise, de la part du SESSAD. Ceci à une époque où la maîtrise de l’informatique était moins développée et où l’intérêt de l’utilisation de l’ordinateur par les élèves souffrant de troubles praxiques restait souvent méconnue.

Plus encore qu’un transfert d’expertise, c’est une dynamique commune qui s’est mise en place. Une dynamique fondée sur la reconnaissance commune des besoins et des capacités des élèves.

Notre intention, dans le cadre du site Ecole et handicap, est de poursuivre la réflexion sur la formation des enseignants – notamment sur la « formation partenariale » – car, comme le note Jean-Marc Roosz, « quand la formation des enseignants est trop verticale et « descendante », il manque alors la richesse possible que permet une forme d’ «intelligence collective », particulièrement importante quand il y a nécessité de transfert de compétences. »

 

__________
*Geek : un geek est une personne qui est accro à la technologie spécialement de l’information et des nouveaux médias, comme les réseaux sociaux. (wikipedia)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Parents, enseignants, professionnels, vous avez une question à nous poser, une remarque à nous faire ?

N’hésitez pas à nous contacter