TDA-H troubles du comportement

Troubles du Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité (TDA-H)

Introduction – Mise en garde – Le TDAH et les autres troubles du comportement

Les enfants qui souffrent de TDA-H (Troubles du Déficit de l’Attention, avec ou sans Hyperactivité), peuvent avoir un comportement difficile.

Les problèmes peuvent être de l’ordre du déficit attentionnel et concerner prioritairement les apprentissages (par exemple, un enfant toujours « dans la lune », qui ne termine pas ses devoirs, qui ne retient pas les consignes, qui manque totalement de confiance en lui) et/ou plutôt de l’ordre du comportement social et relationnel (enfant impulsif et agité, et qui peut perturber la vie de la classe).

On distinguera les troubles TDAH des autres troubles du comportement. Le TDAH a une origine neurologique qui peut dépendre de l’hérédité et de facteurs environnementaux. Le TDAH n’est pas causé par des besoins affectifs non comblés ou par des problèmes psychosociaux, même s’il peut être exacerbé par ces facteurs. On distinguera donc le TDAH des autres troubles du comportement qui peuvent être d’ordre psychologique ou psychiatrique et qui peuvent avoir pour origine l’histoire de l’enfant.

(Voir par exemple sur Passeport santé : https://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=trouble_deficit_attention_hyperactivite_pm )

La définition du TDAH

L’association Hyper-Super nous donne une définition du TDAH à l’école : « le Trouble Déficit de l’Attention/Hyperactivité est un trouble neurodéveloppemental, qui répond à un diagnostic médical. Il se caractérise par l’expression de symptômes d’inattention, d’impulsivité et d’hyperactivité. Il s’associe volontiers à d’autres troubles : troubles des apprentissages ou troubles psychiatriques« .

Les symptômes du TDAH sont susceptibles de fluctuer dans le temps et de varier en intensité, en fonction du profil de l’enfant, mais aussi en fonction de l’environnement dans lequel il évolue.

Le TDAH se présente sous plusieurs formes selon que prédominent les symptômes d’inattention, ou les symptômes d’hyperactivité/impulsivité, ou la conjugaison de ces symptômes.

On écrit souvent TDA-H pour marquer que le trouble peut être avec ou sans hyperactivité.

Le TDA-H peut constituer un véritable handicap, notamment sur le plan de la scolarité.

La définition plus récente de la HAS (Haute Autorité de Santé) reste très proche : « un déficit attentionnel et une grande impulsivité mal contrôlée, accompagnés ou non d’une activité désordonnée et inefficace« . D’où le terme : «Trouble Déficitaire de l’Attention avec ou sans Hyperactivité» (TDA-H).

Le site tous à l’école précise que Le TDA-H se développe chez un enfant intelligent, sans qu’une maladie neurologique ou psychiatrique ne l’explique exclusivement. On y trouvera une présentation détaillée des symptômes.

Ce trouble figure également dans la définition de la DSM 5 parmi les troubles dits neurodéveloppementaux.

Il semble aussi que de plus en plus on classe les troubles TDAH parmi les troubles « dys ». C’est notamment le cas de la FFDys (Fédération Française des Dys) : « On regroupe sous “troubles Dys” les troubles cognitifs spécifiques et les troubles des apprentissages qu’ils induisent (et parmi eux) les troubles spécifiques du développement des processus attentionnels et/ou des fonctions exécutives, communément appelés troubles d’attention avec ou sans hyperactivité « .

Le diagnostic de TDA-H

Ce sont les médecins, neuropédiatres, neurologues ou pédopsychiatres qui établissent les diagnostics.

Les neuropsychologues effectuent les bilans et mettent en évidence par des tests les problèmes d’apprentissage à travers le fonctionnement des différentes fonctions cognitives mais ils n’établissent pas de diagnostic. La psychologie et la médecine sont deux disciplines qui se complètent mais qui restent différentes!

Le bilan neuro-psychologique fait parti des documents joignables au certificat médical du dossier MDPH.

Une recommandation de la Haute Autorité de Santé (HAS)

La HAS a présenté, le 12 février 2015, une recommandation de bonnes pratiques  pour le repérage des troubles TDA-H et pour l’accompagnement des petits patients et de leurs familles. Cette recommandation s’adresse aux médecins. L’objectif est d’aider les médecins assurant les soins de premier recours, à conduire une démarche diagnostique initiale et d’orientation dans le système de soins et à participer au suivi en collaboration avec un médecin spécialiste du trouble.

L’accompagnement scolaire

Les troubles dits TDA-H sont complexes. Les mesures à prendre pour que l’enfant trouve sa place à l’école seront souvent difficiles à arrêter : quels aménagement de la scolarité ? quel accompagnement scolaire ? voire parfois quelle orientation ?

La scolarisation dans une classe ordinaire

  • avec un PAP ou un PPS

La plupart des enfants TDA-H sont scolarisés dans une classe ordinaire mais le plus souvent des mesures d’aménagement ou d’accompagnement de la scolarité sont nécessaires. Il faut alors choisir entre le PAP et le PPS.

Le PAP permet d’envisager des aménagements pédagogiques qui faciliteront la vie scolaire de l’élève, pour une meilleure réussite. Cependant, le PAP n’est pas un projet de compensation du handicap. Il ne pose pas les questions de l’origine des troubles ou des rééducations à mettre en place. Le PPS, au contraire, prend en compte la situation de handicap comme telle. La première différence entre le PPS et le PAP se situe donc au niveau du diagnostic et dans la manière d’appréhender les troubles. Le PPS prend en compte l’ensemble des difficultés et des besoins de l’élève dans sa vie scolaire et dans sa vie sociale.

Le PPS permet d’envisager des mesures de compensation du handicap, telles que l’accompagnement de l’enfant par un  AESH ou par un SESSAD.

Voir : PAP ou PPS : choisir le meilleur dispositif d’accompagnement pour son enfant

  • ou parfois avec l’accompagnement d’un SESSAD (Service d’Education Spéciale et de Soins à Domicile)

Les SESSAD peuvent intervenir dans l’école, pour favoriser l’inclusion scolaire. Ils peuvent rendre d’utiles services, à la satisfaction des parents. Malheureusement les SESSAD ayant l’agrément « Manifestations et troubles du comportement – (MTC) » ne sont pas très nombreux en France. Nous en donnons un exemple.

Voir l’exemple du SESSAD des PEP 17, en Charente Maritime.

La scolarisation en ULIS

L’ULIS est une classe spécialisée conduite par un enseignant spécialisé et dont les effectifs sont limités à 12 élèves en primaire et à 10 élèves dans le second degré. La scolarisation est personnalisée en fonction des indications du PPS de l’élève. Ces conditions peuvent être favorables pour un certain nombre d’enfants. Néanmoins, il n’existe pas d’ULIS spécifiques pour les élèves présentant des troubles TDAH. L’ULIS a un agrément général « troubles des fonctions cognitives ou mentales » et souvent c’est la déficience mentale qui est prédominante.

Nous avons donné l’exemple d’une ULIS particulière à La Rochelle destinée à des enfants chez qui les troubles du comportement ayant une dimension psychiatrique sont prédominants. Dans cette classe sont présents un enseignant et éducateur spécialisé de l’Hôpital de jour. En fait cette classe s’apparente plutôt à une UEM  ou une UEEA. Comme dans les UEM ou les UEEA, l’enseignant et l’éducateur ont des rôles complémentaires. Le principe de cette classe, au départ, était simple : avant de songer à la scolarisation, il faut songer à la vie groupale. Il faut apprendre aux enfants à vivre ensemble. La première question à se poser est « que faire pour que la classe devienne le contenant d’une vie groupale harmonieuse permettant aux élèves de s’approprier le plus  sereinement possible le contenu des apprentissages » ?

Cette classe peut intéresser des élèves TDAH  porteurs de graves troubles du comportement.  Quand on voit encore beaucoup de familles et d’enseignants en détresse, on ne peut s’empêcher de penser qu’un tel dispositif pourrait rendre service parfois dans d’autres départements…

Les ITEP – Instituts Thérapeutiques, Educatifs et Pédagogiques

Il en est de même des ITEP.

Les ITEP « accueillent les enfants, adolescents ou jeunes adultes qui présentent des difficultés psychologiques dont l’expression, notamment l’intensité des troubles du comportement, perturbe gravement la socialisation et l’accès aux apprentissages. Ces enfants, adolescents et jeunes adultes, se trouvent, malgré des potentialités intellectuelles et cognitives préservées, engagés dans un processus handicapant qui nécessite le recours à des actions conjuguées et à un accompagnement personnalisé« .

Le travail de l’ITEP auprès des enfants et des jeunes met donc en oeuvre des soins mais aussi, indissociablement, un accompagnement éducatif prenant en compte l’ensemble des interactions avec l’environnement familial, scolaire et social.

Les ITEP sont vivement incités aujourd’hui à scolariser leurs pensionnaires dans les écoles voisines. Presque tous disposent pour cela d’un SESSAD. D’autres formules plus innovantes sont parfois mises en place, notamment l’internat modulé (soirée et nuitée à l’institut de un à trois soirs par semaine) et l’accueil temporaire qui représentent une variable d’ajustement et permettent notamment d’offrir une pause à l’enfant et à sa famille.

Lorsque la MDPH propose une orientation en ITEP à une famille, celle-ci peut s’informer sur le fonctionnement de l’ITEP envisagé, soit auprès de l’ITEP lui-même, soit auprès d’une association de parents.

Les associations de parents

Les parents sont souvent très démunis et très seuls. Parfois la seule consultation du site d’une association de parents sera pour eux un réconfort.

Association HyperSupers – TDAH France – Trouble du Déficit de l’Attention / avec ou sans Hyperactivité

L’association HyperSupers – TDAH France (4 allée Brindeau – 75019 PARIS Tél : 09 66 90 65 19) est la principale association de parents et de personnes  concernés par le Troubles Déficit de l’Attention / avec ou sans Hyperactivité. Son but est d’aider les familles et les adultes handicapés.
http://www.tdah-france.fr

On trouve dans le site de l’association un ensemble d’informations sur l’hyperactivité et le déficit d’attention et d’utiles conseils aux familles. L’association a ouvert une  » liste de diffusion réservée à ses adhérents. Elle a ouvert également un site internet dédié aux enseignants et aux familles pour tout ce qui concerne la scolarité des enfants ayant un TDAH.

D’autres associations présentent le TDAH ou des troubles qui en sont proches

On trouve aussi des groupes d’échanges autour des TDA-H, par exemple la liste de diffusion TDAH France. Pour s’inscrire, envoyer un message à tdah-france-suscribe@yahoogroupes.fr ou sur Facebook, par exemple le groupe « TDAH Partout Pareil« .

Des documents au service des parents et des enseignants

Un document technique du CNSA – Décembre 2014

  • Troubles dys – Guide d’appui pour l’élaboration de réponses aux besoins des personnes présentant des troubles spécifiques du langage, des praxies, de l’attention et des apprentissages

Un document de synthèse, très riche, qui a notamment pour but d’harmoniser les pratiques des MDPH.

  • Un document Eduscol du Ministère de l’éducation nationale : scolariser les enfants présentant des troubles des conduites et des comportements (TCC)
  • Sur le site de l’association Hyper-Super : le TDAH à l’école

Des réflexions et des documents concernant les difficultés scolaires, les aides et les démarches, etc.

Des aides aux enseignants

Les IEN-ASH disposent parfois dans leur équipe d’un conseiller pédagogique spécialisé dans les Troubles du Comportement.

l’accompagnement des enseignants

Un guide à l’intention des AVS, proposé par un groupe d’orthophonistes

TDAH à l’école : petite histoire d’une inclusion. C’est l’histoire d’une collaboration entre un enseignant désireux de faire un travail de qualité et un professeur d’université soucieux de réfléchir à l’application de ses connaissances. Avec le concours d’un enseignant spécialisé, d’un étudiant stagiaire et le soutien des parents d’Alex, ils ont su relever le défi que représente l’inclusion d’un enfant souffrant de TDAH dans l’enseignement primaire ordinaire.

Aux éditions du Petit ANAE

« Plongez en nos troubles« . L’association HyperSupers et le CPEA Savoie (Centre Neuropsychologique : Enfant – Ado – Adulte) ont décidé de s’associer et de mettre en commun leurs expériences autour de la réalisation d’un webdocumentaire. Ce document a pour objectif de mettre en lumière la souffrance des enfants TDAH et HP et de changer le regard d’un large public sur un problème préoccupant. Commande directe ici sur le site d’ANAE

Parents, enseignants, professionnels, vous avez une question à nous poser, une remarque à nous faire ?

N’hésitez pas à nous contacter